Jouer la comédie ? Jamais j’oserai ! Et pourtant…

Ne jamais dire jamais ! Oui, oui, je connais…

Ahhh, j’ai bien tenté plusieurs fois le théatre ! A 28 ans, 33 ans, il y a 2 ans… J’adore jouer des personnages ! faire la débile mais… avec mes proches ! Et quand il ne faut plus être dans la caricature et être dans des émotions moins joyeuses et bien ce n’est plus la même… La honte à exprimer certains sentiments « douleureux », la difficulté de supporter le regard sur soi… et la peur du jugement. J’ai donc tenu 2 à 3 mois à chaque fois et puis j’ai abandonné…

Quand j’ai commencé à chanter en public (à partir de 32 ans, eh oui… il n’est jamais trop tard), j’avais l’impression d’avoir, devant moi, des hommes cagoulés avec des armes dirigées contre moi… bien sûr, tout cela était alimenté par mes peurs en lien avec mes blessures !
En parallèle, j’ai commencé un gros travail perso sur moi, avec de l’hypnose et d’autres aides « non conventionnelles ». Petit à petit, les armes et les cagoules ont disparues 🙂 Je suis de plus en plus centrée sur moi sur scène et bientôt je pourrai faire une roue sur scène (comme j’ai pu en faire une au travail à l’abri des regards… si si !) !

En parallèle, « au travail », on m’a positionné sur un poste de manager. Gros challenge encore pour travailler la confiance, l’affirmation de soi et la peur du jugement… Cela fait un peu plus d’un an et ça commence seulement à aller mieux ^^. Apprendre à faire bouger les curseurs de l’empathie pour se protéger, accepter de ne pas pouvoir satisfaire tout le monde, gérer les conflits en cette période compliquée où l’individualisme est plus que présent… Tout ceci va dans le sens de développer la confiance en soi et le lacher prise. Et ça tombe bien ! ce sont des ingrédients indispensables pour libérer la créativité !! 

Voilà pourquoi aujourd’hui, je saute sur l’opportunité de participer au projet cinématographique de ma fille ! Je vais ainsi participer un court métrage écrit et réalisé par la section « Cinéma » des élèves de première !

So exited !!

(Photo extraite du casting)

5 Astuces pour apprendre un texte par coeur

Voilà pourquoi aujourd’hui, après quelques recherches, je peux vous donner quelques astuces pour apprendre un texte par coeur et plus précisemment un scénario.

  • Apprendre le texte par coeur, sans le jouer, pour ne pas casser le naturel lors du tournage
  • L’apprendre en étant en mouvement, cela facilite l’apprentissage : en marchant, en faisant la vaisselle, etc.
  • Comprendre le texte et ce que le personnage doit ressentir
  • Ne pas l’apprendre au dernier moment, bien sûr…
  • Pratiquez la méditation, surtout avant le tournage pour calmer le stress : responsable des pertes de mémoire.

Vous pouvez aussi aller sur la chaîne de Fabien Olicard qui a appris tout un catalogue Ikea ! Il a différents outils pour apprendre des textes, comme expliqué dans cette vidéo par exemple !

Comment aider mon ami.e en souffrance ?

La fillette et le papillon

Connaissez-vous l’histoire : Le papillon qui n’arrive pas à sortir de son cocon ?

« Un homme qui se promenait vit un cocon dans un petit trou.
Il s’arrêta de longues heures à observer la chrysalide, devenue papillon, qui s’efforçait de sortir par ce petit trou. Après un long moment, le papillon semblait faiblir et lui donnait l’impression qu’il allait abandonner. L’homme était convaincu que le jeune papillon avait fait tout ce qu’il pouvait pour sortir de ce trou, sans succès. Alors, il décida de l’aider : il prit un canif et ouvrit le cocon.
Le papillon sortit aussitôt mais son corps était maigre, faible et engourdi, ses ailes étaient peu développées et bougeaient à peine. L’homme continua à l’observer, pensant que d’un moment à l’autre, les ailes du papillon s’ouvriraient et seraient capables de supporter le corps du papillon pour qu’il puisse prendre son envol.
Il n’en fut rien !
Et le pauvre papillon passa le reste de son existence à se traîner par terre avec son maigre corps et ses ailes rabougries.
Jamais il ne put voler.
Ce que l’homme, avec son geste de gentillesse et ses bonnes intentions, ne comprenait pas, c’est que le passage par le trou étroit du cocon un stade indispensable qui permet au papillon de se renforcer suffisamment pour sortir de façon autonome du cocon qui l’enveloppait. Cet effort est vital pour que le papillon puisse développer ses ailes pour pouvoir voler. »

Cette belle méthaphore nous enseigne qu’il faut savoir laisser les gens affronter et résoudre leur difficultés par eux-même. Difficile à accepter et pourtant… Cela ne veut pas dire que l’on est insensible ou indifférent. Nous pouvons bien sûr encourager, guider, soutenir nos proches mais les assister et faire à leur place ne leur rendrait finalement pas service.

N’êtes-vous pas fier lorsque vous réussissez à vous sortir d’une situation compliquée, seul ? Les épreuves doivent nous permettre de nous construire, de grandir. Certes n’est pas toujours facile et il faut parfois des années pour  accepter ou se sortir de certaine situation. Nous avons nos tous blessures, nos peurs et nous sommes le seul maître de notre vie… Il n’y a qu’en affrontant, avec patience et détermination, que nous pouvons gagner en confiance et nous épanouir pour connaître le bonheur.

Laissons donc les papillons se reposer sur nous, soutenons les, et encourageons les à voler par leurs propres ailes !

Belle journée à tous